Comment réussir l’entretien du jardin et du potager pour l’hiver ?

Avant l’arrivée de la saison du gel et des pluies, il est important de préparer le jardin et le potager. Les tâches d’un jardinier ne sont pas achevées une fois l’été terminé. Pour assurer la protection du sol à l’hiver, le jardinier doit planter une couverture végétale nutritive. Ainsi, vous n’aurez pas à travailler dur au printemps pour obtenir de meilleures récoltes. Autrement dit, l’intensité de votre activité hivernale aura des impacts sur votre réussite printanière. 

La préparation du jardin avant l’hiver

Le mois de novembre est la meilleure période pour nettoyer et prendre soin du sol. Pour ce faire, il faut respecter quelques étapes. Commencez par arracher les végétaux morts avant de désherber et de nettoyer. Il est conseillé de tondre la pelouse juste avant l’arrivée de l’hiver pour avoir un beau gazon au printemps. Cependant, il faut laisser 4 à 5 cm de hauteur. 

Dans le meme genre : Comment installer un adoucisseur d’eau résidentiel ?

Par l’occasion : 

  • Taillez le reste des arbres fruitiers
  • Elaguez les arbres
  • Ramassez les feuilles mortes

Ensuite, vous devez procéder à la récolte des dernières productions telles que les tomates, les radis pâtissons, les fenouils, les épinards, les courgettes, etc. Au lieu d’arracher les plants, il vaut mieux les couper à la racine et laisser le reste en terre. Une fois décomposé, le reste contribue à fournir de l’azote à la terre. Les légumes racines doivent être conservés dans un silo enterré. Il s’agit entre autres des carottes, des betteraves, des navets, des radis d’hiver, des panais, des salsifis, des céleris-raves, etc. Quant aux cultures qui doivent rester, protégez-les du froid. Pour ce faire, vous pouvez les butter ou rajouter un voile d’hivernage. Vous pouvez aussi protéger les cultures en les entourant d’un tunnel en plastique ou d’une serre. Cela concerne les choux, les poireaux, les brocolis, les topinambours, le mâche, les cucurbitacées, etc. Sur monguidetravaux.com, vous trouvez d’autres articles sur l’aménagement du jardin. 

A lire également : Quincaillerie design : les éléments indispensables pour embellir votre maison

Quand commencer à travailler le sol ? 

Pensez à bien aérer la terre en la travaillant correctement. Contrairement aux idées reçues par certains jardiniers, le travail du sol ne doit pas se faire au printemps mais en automne. Cette étape a pour objectif de le protéger de l’hiver, de favoriser le tassement et d’enrichir la terre pour le printemps. Lorsque vous paillez la terre du potager en septembre, la souplesse du sol est mieux conservée. Ainsi, il ne sera pas plus difficile à travailler. Pour aérer la terre, utilisez une bêche ou une fourche bêche. Le sol doit être retourné sans casser les mottes de terre. Utiliser une grelinette pour aérer le sol est une alternative plus écologique. De plus, elle vous évite de bousculer la couche supérieure de la terre sachant que cette dernière ne doit être bêchée que sur 15 à 20 cm seulement. 

La dernière étape consiste à nourrir et à pailler le sol. Pour cela, vous devez épandre une couche généreuse de compost et de fumier sur le sol du potager, de manière uniforme et homogène. Les pluies vont faire pénétrer naturellement le compost en terre. Recommencez l’opération tous les mois le temps que les micro-organismes soient bien assimilés. Il ne vous reste qu’à pailler le tout en couche épaisse pour assurer une bonne protection contre le gel, le vent, la pluie et l’érosion hivernale. En mars, grattez la surface de la terre tout en écartant le paillage d’un coup de griffe. Non seulement, elle sera nourrie, mais elle sera aussi prête pour accueillir les semis. 

Copyright 2024. Tous Droits Réservés